AL OUSBOU3 AL ARABI #1


Revue de presse – Lundi 21/09/15 au Vendredi 25/09/15


Chaque vendredi, Sowt Al Arab vous proposera à l’avenir un nouveau format : une synthèse des événements qui ont marqué la semaine. Al Ousbou3 al Arabi (littéralement la semaine arabe) vous offre l’essentiel de l’actualité de la région et quelques compléments internet.

Cette semaine, sur fond de fête de l’Aid el Adha – la fête la plus importante du calendrier musulman – l’actualité du monde arabe reste tâchée de sang et de luttes géopolitiques.


1. Vers un « Genève 3 » sur le conflit syrien ? Les intensifications diplomatiques.


Dans sa dernière interview, Bachar el Assad réinsistait sur son rôle de souverain en lutte contre le terrorisme, fruit direct de l’ingérence occidentale. Face à l’afflux de réfugiés en Europe, les grandes puissances se ressaisissent pour favoriser une transition. Président de la République en péril rappelle qu’il est garant de l’unité de la nation et de sa diversité. L’entrée en scène de la Russie bouscule « l’attentisme actif » de la coalition internationale en lutte contre « Daesh » qui après plus d’une année de frappes aériennes, ne fournit guère de stratégie durable, politique et militairement efficace. Une guerre ne se gagne pas à moitié. Les russes l’ont retenu… Après l’aide de l’Iran, l’ancienne superpuissance arme le régime de Damas et déploie pour la première fois ses avions militaires (pont aérien quotidien). La Russie plaide pour une large coalition de paix impliquant aussi bien l’Iran, les légitimistes et les partisans d’une « Syrie Libre ». Les jeux sont ouverts! Pour sûr, les grandes puissances concèdent à présent volontiers la nécessité d’intégrer ne serait-ce que provisoirement Al Assad dans les pourparlers de transition. Une tribune éclairante co-signée par Georges Corm.


Lien:http://www.letemps.ch/La_résolution_du_conflit_syrien_passera_par_la_fin_de_la_toute-puissance_occidentale



2. L’Égypte acquiert les 2 Mistrals français ( 950 millions d’euros) initialement commandés par la Russie.

Le Président Al Sissi continue de renforcer son armada militaire après l’achat de 24 rafales à la France quelques mois plus tôt. L’accord implique également la formation de 24 marins égyptiens à Saint-Nazaire. Une stratégie à observer de près au vu de la course aux armements déjà conduite par l’Arabie saoudite et le Qatar. Sous réserve de consolider la sécurité régionale, l’Égypte d’Al Sissi – en quête de grand projets – reste en proie aux rebellions politico-religieuses (notamment dans le Sinaï). La participation de ces derniers partis est d’ailleurs questionnée pour les futurs élections législatives du mois d’octobre…
L’Égypte d’Al Sissi après l’inauguration du « nouveau » Canal de Suez et sa conférence de Sharm-el Sheikh s’affirme indéniablement comme un pivot régional. Un semblant de déjà-vu avec les débuts de Mouammar Kadhafi, qui signait immédiatement après son putsch de 1969 un juteux contrat d’armement avec la France. Les alliés d’aujourd’hui sont les ennemis d’hier et les ennemis d’aujourd’hui les amis de demain.

Lien:http://www.challenges.fr/transports-et-defense/20150923.CHA9737/l-histoire-secrete-de-la-revente-des-mistral-russes-a-l-egypte.html

3. L’ONU au secours de la Libye.


Bernadino Léon, émissaire spéciale des nations unies, vient d’achever un énième round de négociation dans l’ex-état kadhafiste. Toutefois, les deux gouvernements restent divisés sur de nombreux points, y compris sur la répartition des postes dans l’administration, l’armée et la représentation politique. Les intérêts partisans ne semblent pas s’effacer au profit d’un regain d’unité nationale. Le spectre du guide suprême continue de planer tandis que Daech s’ancre et que la crise migratoire s’accélère.
La dernière résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, en date du 10 septembre, accessible en français via:

– http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=S/RES/2238(2015)
http://www.aljazeera.com/news/2015/09/libya-deal-150921221730712.html


4. Le Liban à la croisée des chemins : Crise des déchets, vers une recomposition politique?

Les manifestations successives suite à la crise des déchets ont pris ces deux derniers mois des allures de contestations systémiques. Ponctuées de violences, les réformes et la vacance de la Présidence restent bloquées, en attente des prochaines séances parlementaires. Dans une interview au WashingtonPost, le premier ministre Tammam Salam (nominé pour sa neutralité) affirme qu’un effondrement du pays est envisageable si les politiques transpartisanes et communautaires n’abandonnent pas leur travail de sape. Les forces régionales et internationales doivent, selon lui, soutenir un candidat à la présidence ce qui souligne une nouvelle fois la fragilité politique du pays du Cèdre et sa dépendance envers la géopolitique régionale. La résolution de la guerre civile syrienne et l’ultime accord iranien qui déterminera la puissance régionale de la République Islamique laisse en suspend les réformes nécessaires.


Une infographie très utile : http://interactive.aljazeera.com/aje/2015/lebanoncrossroads/index.html


L’interview de Tammam Salam:https://www.washingtonpost.com/opinions/lebanons-prime-minister-we-are-heading-toward-a-breakdown/2015/09/18/6c743c94-5c97-11e5-9757-e49273f05f65_story.html


5. Fête de l’Aïd : L’islam sous les divisions meurtrières.
  • Plus de 700 morts à la Mecque et plus de 800 blessés.
  • En période fête, la Yémen reste sous les projectiles.
  • Al Aqsa sous tension.
  • La polémique autour du chiite « Ali al-Nimr » condamné à mort en Arabie Saoudite.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *