L’Emir Abdelkader – La vie et le souffle (2/2)

Par Yannis Boustani

 A l’occasion de la première attribution du Prix Emir-Abdelkader de la promotion du vivre ensemble et de la coexistence pacifique en méditerranée et dans le monde le 21 septembre 2016, l’équipe de Sowt al Arab a tenu à vous offrir un essai de portrait de cet homme au parcours unique. Figure déclassée de l’histoire moderne, Abdelkader Ibn Muhieddin (littéralement fils du vivificateur de la religion) n’a pourtant rien à envier aux Gandhi et autres Mandela. Son message reste d’une remarquable actualité en des temps troublés où foi, raison et interconnaissance des cultures s’enlisent dans un conflit meurtrier. Rien ne prédestine pourtant ce petit bédouin d’une noble lignée de la région d’Oran à un destin aussi exceptionnel. Qui a soif d’élévation et d’exemplarité trouvera en l’émir une source d’identification positive. Une source profonde car ses facettes sont à l’image des 99 noms de l’Un. Savant, chef de guerre contre l’occupant français, ami de Napoléon III, protecteur des chrétiens d’Orient lors des émeutes de Damas en 1860, grand mystique s’inspirant de la doctrine du Sheikh al-Akbar, surnom d’Ibn Arabi, apôtre de la fraternité et du dialogue, etc., il n’y aura jamais assez d’encre pour retracer, citer, exposer, toutes les lignes d’une existence si féconde. Vous trouverez ici un humble exposé des 7 piliers d’une vie inoubliable qui continuera – Si Dieu veut – à nous inspirer par-delà les époques et les prêches de discorde.

Le retour en Dar al-Islam –  Abdelkader le grand mystique – l’éducation par l’exemplarité

Libéré par Napoléon III, l’émir et ses compagnons naviguent vers la terre d’Islam. Les frais de l’installation à Brousse, en Anatolie sont entièrement couverts par la France. Achat d’une propriété, import des livres, chevaux, famille restée en France et voyageant entre les continents. Pour la Sublime Porte, en vertu de la nouvelle législation en Algérie, c’est une troupe de sujets certes musulmans mais de jure français. Depuis ce mois de janvier 1863, ils vivent paisiblement, visitent le cœur de l’Empire musulman et se réapproprient leur liberté. Toutefois, les hauts placés de l’Empire Ottoman ne voient pas d’un bon œil l’arrivée d’autant d’individus au service du héros de la résistance algérienne. Quant au ministère français des Armées, il se méfie toujours d’une possible révolution indigène. L’ancien interprète militaire Bullad est détaché à Brousse où il fera des rapports quasi quotidiens aux autorités. Mais la Turquie n’est qu’une étape. La guerre franco-russe éclate en 1854 et Abdelkader honore son ami l’empereur des français de trois chevaux turcs aux harnements brodés de poèmes. Pourtant, la guerre de Crimée lui restera lointaine.Lorsque Brousse est ravagée par un tremblement de terre en août 1955 le départ collectif est acté.

Au coeur du Bilad al-Cham, dans l’ancien centre du califat Omeyyade, l’émir et son cercle s’installent dans le quartier où gît la dépouille de son défunt guide Ibn Arabi. La foule identifie Abdelkader en le défenseur de l’identité arabo-musulmane. En terre arabophone et pieuse, le résistant retiré du monde peut s’adonner à de profondes méditations et se consacrer des journées entières à l’éducation, la lecture et l’écriture. Il devient en sa qualité de descendant du Prophète, de savant religieux, de professeur remarqué et de héros militaire une des personnalités les plus respectées de la région. Pour autant, Abdelkader ne peut s’effacer totalement de la vie politique.C’est qu’il est encore le dépositaire d’intérêts qui le dépassent. La France voit dans l’émir un possible régent pour la région (Damas, Mont Liban) en cas de disparition de la grande Porte. Dans un long rapport daté du 30 août 1857, Bullad demande à l’empereur d’éloigner Abdelkader de Damas. Et, paradoxalement, dans le même rapport où il accuse en fait Abdelkader de vouloir ressusciter l’arabisme, il ajoute :

“ Un jour viendra peut-être où il serait très avantageux pour la France d’avoir au cœur de la Syrie un homme tel qu’Abdelkader qui puisse, soit comme instrument, soit comme allié, peser d’un certain poids dans la balance des destinées de l’Empire ottoman. “

Jusqu’en 1860, une frange intellectuelle mène en France une impressionnante campagne kadirienne. La Revue des deux Mondes et la Revue d’Orient en sont deux éminents véhicules. Face au défi colossal de la question d’Orient les puissances européennes en ont l’eau a la bouche. Les milieux affairistes, banquiers, francs-maçons, saint-simoniens poussent Napoléon III à créer un état syrien qui sera sous la régence d’Abdelkader !

De leur côté, les notables locaux se méfient de son influence et de sa cour grandissante d’Algériens. Plusieurs litiges éclatent entre la France et l’Empire Ottoman : les nombreux aller-retours des proches entre l’Algérie, la Tunisie et l’Egypte brouillent la nationalité d’appartenance. Les autorités françaises refusent que toute personne relevant de l’autorité de l’émir paie l’impôt obligatoire dont doivent normalement s’acquitter les maghrébins.

Malgré toutes les torpeurs, la vie de l’émir s’articule dès lors essentiellement autour de la quête de Dieu et de la connaissance. Son Royaume n’est pas de ce Monde. Les manipulations stratégiques ne l’intéressent guère, le pouvoir n’est pas pour un homme qui ne trouve jouissance que dans l’union avec son Dieu. En 1857, Abdelkader finance et assure la première publication moderne du chef d’œuvre d’Ibn Arabi : ses Futuhat al-makkiyya (les révélations mekkoises). Son quotidien est sobre. Charles Henry Churchill, consul britannique à Damas, se lie d’amitié avec l’émir et lui consacre une biographie issue de longs échanges. “Il se lève deux heures avant l’aube et s’adonne à la prière, à la méditation religieuse jusqu’au lever du soleil”. L’après-midi “Il prend un siège, ouvre le livre choisi comme base de discussion, et lit à haute voix ; constamment interrompu par des demandes d’explications qu’il donne en ouvrant ces trésors multiples d’études laborieuses“. Le vendredi – jour sacré des musulmans – il donne et aide les pauvres gens. Homme de contemplation mais également d’action au service de son prochain.

L’Humanisme en paroles et en actes – les chrétiens de Damas -1860

La légende de l’Emir Abdelkader magnanime et humaniste s’ancre dans une action précise : la protection qu’il accorde à des milliers de Chrétiens de Damas, les sauvant in extremis d’une mort certaine. Depuis déjà plusieurs mois, les puissances européennes se préparent à l’Orient de demain. L’empire Ottoman s’affaiblit, chaque pays joue la carte ethnico-confessionnelle. Montées les unes contre les autres les communautés druze, musulmane et chrétienne se replient sur elle-même. En juillet 1860, des émeutes éclatent. Retiré en banlieue de Damas, l’émir informé de telles nouvelles décide de renoncer provisoirement à sa retraite spirituelle. Il est de son devoir de musulman éveillé de protéger les chrétiens menacés de mort par … des musulmans comme lui. “Chrétiens, sortez ! N’ayez pas peur de nous, nous sommes les hommes de l’émir Abdelkader, suivez-nous, pour vous sauver !” Le 9 juillet 1860 l’émir réquisitionne la citadelle turque de la ville. Pendant plus de 10 jours, la foule se déchaîne. Il descend en personne devant les émeutiers pour les réprimander : “Misérables ! Est-ce là la façon dont vous honorez le Prophète ? Que la malédiction soit sur vous ! (…) Je ne livrerai pas un seul chrétien. Ce sont mes frères. Retirez-vous où je donne à mes hommes l’ordre de rétablir l’ordre”. En sauvant une dizaine de milliers de chrétiens et les consuls russe et français en les accueillant dans sa propre demeure, la figure de l’émir prend une dimension intemporelle et universelle.

emir-damas

Tableau symbolisant l’acte héroïque de l’émir, Damas, 1860

Le monde découvre en cet homme un message d’espoir et de concorde. Pluie de distinctions s’en suit : le 7 août un décret promeut Abdelkader grand-croix de la Légion d’honneur, la Russie lui octroie la Croix de l’Aigle blanc, la Prusse la Croix de l’Aigle noir, la Turquie le Medjidié de première classe, la Grèce le récompense de la Croix du Sauveur. Même le Pape le décore de l’ordre de Pie IX. A ces distinctions s’ajoutent des cadeaux en nature : fusil à deux canons incrustés d’or de l’Angleterre, paire de pistolet inestimable d’Amérique. La franc-maçonnerie prend contact avec l’émir en lui offrant un merveilleux bijou à la géométrie symbolique (rendu au Grand Orient en 1947 par le l’arrière-petit-fils palestinien de l’Emir, visible au musée de la rue Cadet). Un échange épistolaire quant à l’initiation d’Abdelkader est toujours aujourd’hui sujet à de vives polémiques.

Encore une fois, la voie mohammadienne – le cœur de l’Islam motive ses actes. Il répliquera de la sorte aux félicitations de l’évêque d’Alger : “ Le bien que nous avons fait aux chrétiens n’est autre que l’application de la Loi de l’Islam et le respect des droits humains. Car tous les hommes sont la famille de Dieu, et le plus aimé de Dieu est celui qui est le plus utile pour sa famille”. Cet accomplissement supérieur de l’être par la manifestation des qualités empruntées à Dieu résonne aujourd’hui comme un pied de nez aux extrémistes partisans de la violence aveugle.

Récupérations de la figure de l’Emir : entre sanctification, trahison et source de légitimité

La pomme de discorde franc-maçonne est la plus connue mais non l’unique. S’il est vrai qu’un échange de lettres entre le Grand Orient de France et l’émir est un fait vérifiable, son initiation est beaucoup plus discutable. La première missive émane de la loge parisienne Henri IV. Elle flatte et remercie l’émir : “Vous êtes bien le représentant, le véritable type de cette vigoureuse nationalité arabe à laquelle l’Europe doit une grande partie, sa civilisation et les sciences (…) La franc-maçonnerie, qui a pour principe l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme, et pour base de ses actes, l’amour de l’humanité, la pratique de la tolérance et de la fraternité universelle, ne pouvait assister sans émotion au grand spectacle que vous donnez au monde“. Cette spiritualité occidentale voyait en l’émir un de ses frères mais aussi un possible point d’ancrage en Orient et pourquoi pas le prémice d’une diffusion plus large de la franc-maçonnerie. La franc-maçonnerie déclare l’initiation de l’émir mais nul ne saura le fin mot de cette histoire. Abdelkader a bien dialogué et participé à des débats mais il est difficile d’attendre d’un homme aussi pieux l’adoption complète d’un dogme athée et naturaliste. L’hypothèse la plus probable reste celle de la neutralité. L’émir discute avec tous et de tout sans tabou dans un souci de fraternité et de stratégie géopolitique. De longues lettres de dialogues et d’argumentations philosophiques sont certifiées véridiques. Les allégations d’initiation ne proviennent que de la franc-maçonnerie parisienne. Les débats continuent de défrayer la chronique : l’algérien Hamza Benaissa publie en 2015 un livre s’opposant fermement aux récupérations franc-maçonnes de l’émir.  Cependant, la discussion est beaucoup plus dépassionnée en ce qui concerne ses multiples descendants. Leur initiation serait avérée et non débattue ; un document atteste même de leur “allégeance à la France”.

grandorient

(source: http://www.grandorientarabe.org/index.php?p=1_38_Emir-Abdelkader)

Ce chiasme franc-maçon est poussé très loin par certains tel que l’éminent Bruno Etienne. L’émir aurait atteint un tel degré d’illumination qu’il aurait basculé dans un syncrétisme de l’unicité de Dieu. Y compris chez certains musulmans soufis et/ou orientalistes la figure de l’émir est sacralisée et bien souvent purifiée de certaines paroles traditionnelles et encombrantes. On ne peut pas faire de l’émir un homme moderne et partisan d’une laïcité quelconque. L’idée de Dar al-Islam lui reste chère. L’Emir n’a jamais innové et beaucoup lui prête une attitude moderne et tolérante en forte contradiction avec son cadre de pensée très traditionnelle. On trouve ainsi dans son Kitab al-Mawaqif que “c’est une obligation pour tous les hommes de parler arabe toujours et partout” ; “celui qui croit différemment du sens littéral apparent de la révélation, est dans le vrai subjectivement, mais non objectivement ; il est donc dans l’erreur et dans le péché”. Abdallah Penot l’ésotérique – dans sa récente traduction –  fait état de la formule “athées blasphémateurs” dans ce livre pourtant quintessence de la spiritualité d’Abdelkader. On peut prêter beaucoup de qualités à l’émir mais pas celle d’être un moderne au sens européen du terme. Force est toutefois de reconnaître que lui refuser celle d’innovateur n’entre pas en contradiction avec les valeurs de tolérance, de paix et d’élévation qu’il exhorte.

Longtemps oublié, le héros de la résistance est réhabilité par la guerre d’indépendance algérienne. La jeune nation a besoin de symbole pour construire un fier récit national. Abdelkader devient ainsi le père mythifié de la nation libre de la République algérienne. Houari Boumediene – deuxième président de la jeune Algérie entre 1965 et 1976 –  va même jusqu’à rapatrier ses cendres depuis Damas en 1966.

rapatriement-emir

(Cérémonie de rapatriement du corps de l’émir, Algérie, 1966 : youtube)

A contrario, l’émir fait aujourd’hui l’objet de vives critiques y compris algériennes. Parfois jugé en traître et traité de vendu aux français une question persiste aussi bien du côté populaire que du côté des intellectuels : peut-on considérer l’émir Abdelkader comme un sujet et plus encore en patriote français ?  Il est vrai que l’émir n’a pas combattu toute sa vie et s’est rendu à la supériorité française. Il est vrai qu’à aucun moment l’émir n’a refusé les milliers de francs d’aides que la France lui octroyait pour vivre confortablement. Il est tout aussi vrai que l’émir s’oppose à ses fils en 1871 lorsque ces derniers l’appellent à soutenir l’insurrection du cheikh Mokrani. Même ces descendants n’ont pas renié la pension que leur accorde l’Etat français ; le gouvernement dépose ainsi à la mort de notre homme “sur le bureau du Sénat un projet de loi ayant pour objet d’apporter une pension de 80 000 francs à la famille de l’émir”. Projet adopté à la chambre des députés. Toutes ces informations font de l’émir pour les plus nationalistes un soumis à la France tout comme il apparaît pour les musulmans les plus dogmatiques comme un soufi illuminé succombant à la tentation de la réforme. Une vision complexe permet de nuancer ces positions. A ce titre, L’émir ne parla jamais français et ne prit jamais les armes du côté français alors qu’il aurait pu lors de la guerre de Crimée et dans le prolongement renoncer à sa retraite spirituelle pour servir la France en acceptant d’être propulsé à la tête d’un Empire Arabe. Sa défaite en 1848 est pour lui l’occasion de se consacrer uniquement à la quête spirituelle. Il est l’hôte de la France. L’émir dès son exil renonce à la politique. Du moins il se consacre à la grande Politique, celle de l’âme.

Un message inépuisable – l’Isthme des Isthmes – Al insan al-kamil

“Le barzakh (l’isthme) ne s’identifie à aucune de ces deux entités, sans être distinct d’elles pour autant. N’étant l’essence d’aucune d’elles pour autant sous tous les rapports, il possède à la fois la puissance de l’une et de l’autre. Sa “face” est tournée vers celle-ci et celle-là, bien qu’il soit par ailleurs sans parties, indivisible et insécable (…) Cette Réalité Mohammadienne est donc l’Isthme séparant l’Etre inconditionné (al-wûjud al mutlaq) du pur néant (al ‘adam al mutlaq). Elle est également le degré de l’Homme parfait qui joue le rôle d’intermédiaire (barzakh) entre la fonction de Divinité (al-Uluhiyya) et les créatures, faisant ainsi le lien entre le conceptuel et le sensible“, Le Livre des Haltes, Halte 235.

De janvier 1863 à juillet 1864 Abdelkader effectue son dernier pèlerinage à la Mecque. Il s’exile à Médine et visite la terre sainte. Là-bas il atteint un degré de conscience et d’élévation supérieure. Il ne se déplace que pour méditer dans la grotte de Hira où le prophète reçut la révélation. A son retour, l’émir se voit une nouvelle fois dans l’obligation de revenir aux affaires terrestres. C’est que El-insân el Kamil (l’homme complet/parfait) se doit de ne négliger aucun versant de l’existence. La construction du canal de Suez sera sa dernière participation aux grandes affaires de ce monde. Une résidence en Egypte – dans l’isthme de Suez -est même un temps pressentie pour l’émir. Abdelkader se réjouit auprès de Ferdinand de Lesseps d’un tel projet. En 1867, sa visite de l’Exposition universelle à Paris est un événement mondain. Le 17 novembre 1869, aux côtés de l’impératrice Eugénie, le Prince royal de Prusse et bien d’autres personnalités, l’émir assiste à l’inauguration du Canal de Suez. Comment ne pas voir en cette prouesse technologique un espoir de matérialisation du projet d’union tant voulu par Abdelkader ?Si les musulmans et les chrétiens avaient voulu me prêter leur attention, j’aurais fait cesser leurs querelles ; ils seraient devenus, extérieurement et intérieurement des frères.”  Les contradictions apparentes pouvaient s’éteindre au profit d’une interconnaissance. L’émir avait déjà bien compris l’indicible : la question d’Orient est avant tout une question d’Occident. Plutôt qu’une lutte frontale, violente, déshumanisante cet homme de piété cherche à rassembler autour d’incontournables points commun. La technique de l’Occident, la spiritualité de l’Occident. “L’isthme des isthmes”, expression popularisée par les travaux de Bruno Etienne au sujet de l’émir, se dessine dans la figure rayonnante de ce maghrébin.

La dernière décennie de sa vie, Abdelkader la dédie à la prière et l’éducation. Son rôle n’est plus à prouver dans la formation de la nahda – renaissance. Yusuf el Nabhani, Muhammed Jafar al Kattani et bien d’autres penseurs de ce courant modernisateur puisent dans les écrits et paroles de l’émir leurs inspirations. Dans L’Intérieur du Maghreb, le grand orientaliste Jacques Berque fait de l’émir une source indiscutable de la renaissance arabe : “La splendeur littéraire du Livre des Haltes risque de renverser bien des hiérarchies reçues et (…) la véritable Nahda n’est sans doute pas là où on cherche”.

Plus encore, l’émir Abdelkader par-delà les frontières, incite au rapprochement et au questionnement spirituel. René Guénon, Louis Massignon, Khaled Bentounès, Éric Geoffroy … Autant de vivificateurs transmettant le message lumineux de l’émir à travers les siècles.

Il est indiscutable que l’homme fut de tradition, ancré dans un sunnisme orthodoxe et résolument en son cœur que symbolise le taçawwuf. Son message n’en reste pas moins intemporel et indispensable en ce début de XXIème siècle destructeur où les idées, en particulier religieuses, servent d’armes. Certes, nous avons pu voir que l’émir est homme de contradictions mais de celles-ci née une richesse universelle au service de l’Un et surtout des hommes de tous horizons. Un message d’exemplarité, de tolérance, de miséricorde et plus encore de valorisation de la différence qui ne trouve son pareil dans l’histoire récente. Pour les croyants et les non croyants, il est urgent de remettre au goût du jour la figure de l’émir Abdelkader. Ni d’Orient, ni d’Occident, son patrimoine appartient à l’humanité toute entière. Au fond, comme nous le rappelle Ibn Arabi, les hommes sont les ennemis de ce qu’ils ignorent. Valoriser sa personne revient à réinjecter du positif là où le négatif des images médiatiques infiltre nos quotidiens. Les idées maussades sont impropres à véhiculer l’espoir qui nous fait défaut.

L’adage veut que “Qui connaît son âme connaît son seigneur“. Abdelkader réplique dans la halte 355 de son Kitab al-mawaqif : “l’âme humaine est le vêtement et le manteau“.

Paix.

prix-emir-abdelkader

(Remise du premier prix Emir Abdelkader, le 21 septembre 2016, en Algérie)

Bibliographie:

  • L’Emir Abdelkader, Apôtre de la fraternité, Mustapha Cherif, Odile Jacob, 2016
  • Abdelkader, Bruno Etienne, Hachette Littératures, mise à jour de 2003
  • Abd el-Kader, un spirituel dans la modernité, dirigé par Éric Geoffroy, IFPO Damas, 2012
  • « L’Emir Abdelkader  et le droit international humanitaire » http://iqbal.hypotheses.org/2851
  • « L’Emir Abdelkader, un humaniste pour le 21e siècle », Réda Benkirane http://iqbal.hypotheses.org/1231
  • Emir Abdelkader – Ecrits spirituels, présentés et traduits par M. Chodkiewicz
  • Emir Abd el-Kader, Le Livre des Haltes, traduit par A. Penot, Editions Dervy, 2008
  • Un documentaire sur l’exil français d’Abdelkader https://www.youtube.com/watch?v=bk4FrACvX5s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *