Le mois du Ramadan : Origines, préceptes et finalités

Par Yassine Derradj

En cette fin du mois de Cha’abane, Sowt al Arab a décidé de revenir sur le tant attendu mois du Ramadan et d’essayer de traiter le sujet avec humilité. Tous les ans, des millions de musulmans jeûnent durant la journée, prient la nuit et lisent le Coran de manière abondante. En bref, l’intensité spirituelle des fidèles est décuplée. Dès lors, bon nombre de questions peuvent être légitimement posées : Qu’est ce que le Ramadan ? Quelles en sont ces prescriptions ? Pourquoi les musulmans jeûnent-ils ?

Nous tenterons à travers cet article de vous offrir des pistes de réflexions. Plus encore, nous interrogerons les finalités de ce mois béni.

Des origines aux controverses contemporaines

Le mois du Ramadan avant d’être un mois sacré de la religion musulmane est un mois arabe, en ce sens où il a préexisté à l’avenue de l’Islam en Arabie. Quant à sa signification, on trouve plusieurs traductions déclinées de la racine « Ramdi ». Elles renvoient toutes à une période de « chaleur ardente ».

La grande nouveauté apportée par le prophète Muhammad aux Arabes est le jeûne de ce mois, à la lumière du verset 183 sourate 2 : « Ô vous qui croyez, le jeûne vous est prescrit tout comme il a été prescrit à vos devanciers, afin que vous adoptiez la piété. ». Lorsque nous évoquons le mois du Ramadan, il est essentiel d’avoir à l’esprit le fonctionnement du Calendrier hégirien. En effet, ce dernier est calqué sur les cycles lunaires. Le Calendrier grégorien quant à lui, s’appuie sur les cycles du Soleil. De fait, le Calendrier chrétien distance le calendrier musulman de 11 à 12 jours selon les années. C’est donc, au gré des cycles lunaires que le Ramadan parcoure les saisons. En 2020, les musulmans jeûneront à partir du 23 Avril.

La controverse est telle que nous pouvons aujourd’hui, par le biais de calculs astronomiques, prévoir le début du Ramadan. Seulement, certains courants plutôt littéralistes condamnent le fait qu’on ne se fit plus à la tradition prophétique. Celle-ci préconise d’observer la lune lors de « la nuit du doute », soit la 29ème nuit du mois de Cha’abane.  Lorsque le premier croissant lunaire est observé, le début du Ramadan est annoncé. À l’inverse, s’il  n’est pas observé, les fidèles ne jeûneront que le surlendemain. La problématique est la même en ce qui concerne la fin du Ramadan et le début de l’Aïd El Fitr, fête de Rupture du jeûne. Au-delà de ces controverses qui ont relativement peu d’importance, les préceptes islamiques sont rigoureusement préservés.

Une vie spirituelle intensifiée

Le mois du Ramadan comme cité brièvement ci-dessus est un mois d’une intensité religieuse sans équivalent au sein de la communauté musulmane. Tout d’abord, le jeûne du mois du Ramadan est le quatrième pilier de l’Islam. Il vient après l’attestation de foi, l’accomplissement des 5 prières quotidiennes, l’acquittement de l’aumône légale et avant l’accomplissement du pèlerinage à la Mecque.  De fait, c’est une obligation pour tout musulman pubère de jeûner ce mois. Seuls le malade, la femme enceinte et le voyageur en sont dispensés. Après une période de convalescence, ils doivent rattraper leurs jours de jeûne.  Durant ce mois sacré, les musulmans s’abstiennent de boire, de manger, de fumer et d’avoir des relations sexuelles, cela du lever du Soleil (Al Fajr) au couché (Al Maghrib).

Le Ramadan est un mois béni car comme l’indique la Sourate Al Qadr verset 1 « Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr ». Le livre Saint aurait donc été révélé durant une nuit parmi les dix dernières nuits de ce mois.  Dès lors, chaque nuit les fidèles se réunissent et prient ensemble, des prières surérogatoires afin de finir la lecture du Coran lors de la 29ème nuit.

Le Ramadan est aussi un moment de méditation intense, et de prise de résolutions pour chaque croyant. Ce qui pourrait le mieux caractériser  cette symbolique de la méditation est la retraite spirituelle (Itikaf) qu’accomplissent quelques fidèles courageux lors des dix derniers nuits de ce mois car « Le prophète accomplissait l’Itikaf pendant la dernière décade du  mois de ramadan jusqu’à sa mort. Après sa mort ses femmes ont continué à le faire. », Hadith rapporté par Al Boukhari.

Enfin de manière plus générale, le Ramadan est un moment où les mérites sont décuplés. Les bonnes actions de tout genre sont donc vivement recommandées. Ibn Abbas a dit « Le prophète d’Allah était le plus généreux des hommes, et particulièrement au mois de Ramadan », Boukhari. On peut également citer ce hadith, Dieu a dit « Tout acte du fils d’Adam lui appartient, à l’exception du jeûne qui m’appartient et c’est moi qui accorde sa récompense, car le serviteur jeûneur abandonne pour moi sa nourriture et son désir. Le jeûneur a deux joies : lorsqu’il rompt son jeûne, il se réjouit et lorsqu’il rencontre son seigneur, il se réjouit d’avoir jeûné. L’haleine du jeûneur est parfumée auprès de Dieu que l’odeur du Musc », rapporté par Muslim.

Objectifs et finalités

Vous l’aurez compris, l’objectif premier de ce mois sacré en Islam, est la recherche de la proximité divine. Seulement, les jurisconsultes ont tenté de répondre à notre question introductive : Pourquoi les musulmans  jeûnent-ils ?  Les interprétations des écritures sont diverses et variées, parfois même complexes.  Nous nous appuierons ici sur les écrits de l’émanant Cheikh Ibn Rajab Al-Hanbali, à la fois pour sa notoriété et l’accessibilité de ses propos. Il retient une explication intéressante :

Le jeûneur est en état de privation. C’est un état de sacrifice intense à tous les niveaux.  Cet état de sacrifice et de difficultés permet de créer une foi intime entre le serviteur et le seigneur et plus encore, il confirme la véracité de la foi. Secundo, d’autres savants évoquent la nécessité pour tout musulman d’acquérir des qualités. Le jeûne quant à lui permet d’acquérir en premier lieu la piété mais aussi la modestie, la patience. Il est question, quelque part, de ressentir la douleur du pauvre, ressentir le manque. Enfin au-delà des explications purement théologiques, les bienfaits du jeûne sur le corps humain ne sont plus à démontrer, même si la perte de poids à l’issue de ce périple n’est pas toujours au rendez-vous.

2 pensées sur “Le mois du Ramadan : Origines, préceptes et finalités

  1. As Salam Wa Aleykûm Wa RahmatAllah Wa Baraketûh akhawates quand j’ai vu que vous avez nommé sourate al Baqara verset n°184 je suis partie vérifier et il se trouve que vous avez fait une petite faute le verset que vous avez ecrit est bien le verset n°183 sourate 2 🙂 baraka Allahû fikoum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *